À nous la liberté d'expression et d'avoir le courage d'être plus fort que jamais.

Bienvenue sur le site SPIL.CA

 

L’Hôtel de Ville de Saint-Romuald ravagé par un incendie!

Samedi, le 14 août 1993 est une journée tranquille à Saint-Romuald. En fin d’après-midi, vers 17h00, des citoyens observent que la porte principale de l’Hôtel de ville est débarrée et un employé municipal est demandé sur les lieux.  Après une brève tournée de l’édifice et constatant que personne n’est à l’intérieur, il verrouille la porte comme il se doit.

Cependant, vers 23h30, des citoyens voyant de la fumée s’échapper de l’édifice, alertent le service des incendies qui accourt rapidement sur les lieux. Les premiers intervenants constatent qu’une légère odeur de pétrole flotte dans l’air intérieur et que les flammes semblent avoir couvé depuis un certain temps car certaines poutres sont complètement calcinées.

Devant la gravité de la situation, une alerte générale est sonnée et une quarantaine de pompiers de Saint-Jean-Chrysostome, de Charny et Breakeyville viennent prêter main forte à leurs collègues de Saint-Romuald. Plusieurs échelles aériennes sont dressées et les camions pompes tirent le maximum d’eau dans le réseau d’aqueduc municipal.

Tout ce branle-bas de combat alerte un jeune photographe, René Leclerc, qui accourt sur les lieux avec sa caméra argentique de format 35 mm de marque Yashica.  À l’époque, il produit des reportages pour la revue « Eau-Feu Magazine ». De nos jours, il dirige le site « SPIL.CA » que vous consultez présentement et la photographie argentique a cédé le pas à la photographie digitale.

À un moment donné, de la fumée et des flammes surgissent par l’œil de bœuf qui décore la tour localisée à l’ouest du vaste et imposant édifice.  Les pompiers redoublent d’effort car, en annexe au bâtiment principal, se retrouve la bibliothèque municipale qui renferme des documents importants relatant l’histoire de la municipalité. Finalement, une partie du toit de la dite tour est dévorée par les flammes.

Après maints efforts et des heures d’un travail ardu et difficile de la part des pompiers des diverses brigades, le feu est déclaré sous contrôle vers 04h15 du matin, le dimanche, 15 août.

Dans les heures qui suivent des enquêteurs de la Régie inter-municipale de Chaudière-Etchemin, auxquels se joignent des policiers de la Sureté du Québec, ouvrent une enquête sur l’origine de l’incendie car, dans la semaine précédente, l’ancien poste de police de la municipalité a également été endommagé par un incendie. Peu de temps après, deux jeunes, en quête de sensations fortes, seront mis en cause.

Quant à l’édifice, il sera reconstruit au coût de trois millions de dollars avec l’aide d’octrois gouvernementaux et une place publique sera ajoutée. Quant à la bibliothèque, endommagée par l’eau et la fumée, elle sera restaurée à grands frais.

 
Texte : Jean-Luc Lemieux
Photo : René Leclerc
PDF/MG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

INFOCUS WEB | © 2017 TOUS DROITS RÉSERVÉS À SPIL.CA.